État lamentable des dépôts

Gros plan

État lamentable des dépôts

16. 05. 2017 13:53

Les réserves des galeries et musées de la capitale slovaque sont dans un état lamentable. Des milliers d'œuvres de grande valeur atteignant parfois plusieurs millions d'euros sont menacés. La Galerie municipale et le Musée municipal braquent les projecteurs sur cette situation attirant l'attention de tous sur celle-ci tirant la sonnette d'alarme. Les murs sont humides, la température n'y est pas ou mal régulée. Les bâtiments ne sont pas assez sécurisés contre l'incendie.

La Galerie municipale de Bratislava dispose de locaux pour ses dépôts et mises en réserves des œuvres qui ne sont pas exposées, dans la banlieue de la capitale, plus précisément localisé à Devínska Nová Ves. S'y trouve environ 6000 peintures et œuvres plastiques du 20eLe directeur de la Galerie Ivan Jančár confirme que les dépôts sont en un très mauvais état. Il n'y a pas d'air conditionné ni chauffage, donc de conditions standards pour pouvoir conserver les œuvres d'art. Selon lui, peu à peu leur valeur se déprécie. Ivan Jančár d'expliquer : « Nous y avons les œuvres du groupe de Galanda, par exemple. Il est très difficile d'évaluer leur valeur totale, mais ce qui est sûr est que l'appréciation ne se chiffre pas en dizaines de millions, mais centaines de millions d'euros ».

L'état désastreux de ses dépôts met en avant le Musée municipal. Il y a déposé une grande collection de meubles anciens, plusieurs milliers d'exemplaires d'objets en métal et en bois. Le directeur Peter Hyroš souligne rencontrer des problèmes identiques qu'à la Galerie, donc de très mauvaises conditions. Y règne humidité, manque de sécurisation contre l'incendie : « Ce sont des hangars en tôle construits dans les années 1980. Et je pense qu'il est inutile de vouloir les rénover ».

Les deux directeurs partagent la même opinion conduisant à la solution que la ville prenne en charge la construction de nouvelles réserves aux normes, soit en loue. En réaction à ces doléances la municipalité déclare ne pas ignorer ces graves problèmes, et qu'elle cherche activement des solutions tous horizons confondus. Si la ville décide de construire ses propres dépôts, ces deux établissements culturels évaluent un coût de construction supérieur à 5 millions d'euros.

rtvs

Zuzana Borovská Foto: TASR

Ecouter en direct / Živé vysielanie
??:??