Le ministre de l’intérieur inquiété par la justice

Gros plan

Le ministre de l’intérieur inquiété par la justice

09. 03. 2018 15:16

Le procureur a annoncé le jeudi 8 mars au cours d'un briefing qu'il portait plainte contre le ministre de l'intérieur et plusieurs fonctionnaires de police haut placés. Vasiľ Špirko, du Bureau spécial du procureur général, lance des poursuites à l'encontre du ministre Robert Kaliňák, du président du corps de police, des directeurs de l'Agence criminelle nationale et de l'unité anticorruption nationale, soupçonnés d'obstruction à la justice.

Héros national ou affabulateur ?

Le président de la République slovaque juge les accusations du procureur particulièrement sérieuses : Andrej Kiska attend que les organes compétents de l'Etat coopèrent adéquatement avec lui.

Le Most-Hid, dans la majorité, juge aussi ces accusations extrêmement graves.

Le ministre de l'intérieur Robert Kaliňák (Smer-SD) réfute ces accusations qu'il qualifie d' « absurdes ». Il rejette les accusations de corruption, de blanchiment d'argent et de toute tentative visant à discréditer le procureur Špirko.

Pour Igor Matovič, leader du parti OĽaNO, dans l'opposition, Vasiľ Špirko est devenu un « héros national ». Selon lui, le procureur a subi des pressions, parce que le ministre de l'intérieur savait que si Špirko prenait en main l'affaire, « toute la bande irait en prison ».

Le président de la police Tibor Gašpar nie avoir reçu l'ordre du ministre Kalinak de discréditer le procureur.

Pour le député Anton Hrnko du SNS, dans la coalition, le procureur a programmé intentionnellement son intervention face aux médias avant la manifestation de ce vendredi.

Pressions

Le procureur a déclaré avoir reçu des informations indiquant qu'on voulait discréditer sa personne parce qu'il enquêtait sur une affaire de corruption impliquant le ministre de l'intérieur. Le procureur a été accusé d'avoir mal mené l'enquête, et commis des erreurs. Une commission disciplinaire s'est réunie la semaine passée pour statuer sur son sort et l'a lavé de tout soupçon. « Vous pouvez discréditer un procureur mais pas cacher la vérité », a déclaré le procureur.

tasr

Jacques Hoflack Foto: TASR

Ecouter en direct / Živé vysielanie
??:??