S'il n'y a pas de pluies plus fortes en mai, une catastrophe peut survenir

Gros plan

S'il n'y a pas de pluies plus fortes en mai, une catastrophe peut survenir

15. 05. 2018 15:38

Malgré le fait que l'hiver dernier se soient produits de nombreuses précipitations en Slovaquie, et que le mois de mars ait été plus froid, le mois suivant les températures se sont élevées de 6 degrés au-dessus de la normale. Aux dires du climatologue Milan Lapin, la Slovaquie doit prendre en considération les conséquences négatives des changements climatiques. Le mois d'avril a été le plus chaud dans l'histoire de l'enregistrement des données météorologiques et nombreuses sont les régions slovaques menacées de sécheresse. A l'heure actuelle, plusieurs d'entre elles sont potentiellement menacées par des pénuries d'eau. Selon le climatologue si la pluviométrie n'est pas plus forte en mai, peut survenir une situation quasi catastrophique Plus la température est élevée, plus d'eau s'évapore du sol. Les agriculteurs commencent déjà à dresser l'état de leurs dommages.

Une autre conséquence des changements climatiques sont les incendies. Paradoxalement la plus grande sécheresse sévit relativement à l'heure actuelle au Nord de la Slovaquie, dans les régions d'Orava, de Kysuce et de Liptov. D'autres endroits critiques se situent également dans des régions de plaines telles celles de la Slovaquie orientale, par exemple. Là les sources d'eau souterraine se trouvent à de grandes profondeurs sous un sol lourd. Une exception est constituée par l'Ile de Seigle (Žitný ostrov) approvisionné abondamment par le Danube. Dans le passé, 65% des précipitations en Slovaquie s'étaient évaporées et le reste s'était infiltré dans le sol. Aujourd'hui, jusqu'à 70% des précipitations s'évaporent. Selon Milan Lapin, cet état de choses continuera de s'aggraver.

En Slovaquie, beaucoup de rivières y prennent leur source seulement et n'ont pas de flux constant, comme le Danube. Egalement n'y a-t-il pas beaucoup de précipitations en Slovaquie, surtout en hiver, la couche de neige permanente se maintient seulement à plus de 1000 mètres d'altitude, ce qui en fait ne représente seulement que 5,4% du territoire de la Slovaquie. La seule chance de s'adapter à l'avenir est de créer des réserves d'eau pour l'irrigation. Dans l'hypothèse de ressources excédentaires en eau, il y aura lieu de la stocker dans des grands réservoirs artificiels, créés dans les zones humides ou dans les forêts de sorte qu'elle soit disponible en cas de pénurie.

Suite aux changements climatiques, la Slovaquie connaît un réchauffement de l'ordre de 2 degrés dans la période actuelle. Si le phénomène se poursuit se formera au pied des Tatras un climat identique à celui du sud de la Slovaquie d'aujourd'hui. Cette perspective peut fort bien se réaliser durant ce siècle. La Slovaquie du Sud pourrait présenter un climat similaire à celui de la zone subtropicale.

Tatiana Minarovičová Foto: TASR

Ecouter en direct / Živé vysielanie
??:??