Bratislava libérée !

Bratislava libérée !

Le 4 avril 1945 est une date importante dans l'histoire de la capitale slovaque Bratislava. La ville est libérée.

Sur le 2e front ukrainien s'amorce, vers le 25 mars, l'opération dite de Bratislava et de Brno. L'attaque soviétique se prépare. Les Allemands minent tous les bâtiments importants de Bratislava. Ils mettent en place un système de connexion pour tout faire sauter d'un seul et même coup. Les témoins de l'époque ne savent pas expliquer pourquoi cette gigantesque explosion n'a pas eu lieu.

Le 4 avril, Bratislava est conquise et libérée. Le gouvernement slovaque se réfugie en Autriche. Le 8 mai 1945, il est fait prisonnier par les Américains. Le Président Jozef Tiso est livré aux autorités tchécoslovaques.

Les fascistes abandonnent Bratislava. La ville n'est pas en ruines. Mais ils ont réussi à l'isoler de Petržalka. Ils détruisent le pont principal général Štefánik, aujourd'hui le Vieux pont.

L'armée allemande l'a fait sauter le 3 avril 1945. Sur l'emplacement du pont détruit, l'Armée rouge a construit, en 5 mois et 17 jours, un nouveau pont métallique, mis en service le 3 février 1946. 600 soldats soviétiques et 450 prisonniers allemands l'ont construit. L'ouvrage devait être provisoire, mais il est resté en place jusqu'en 2013 date à laquelle a été engagée sa reconstruction achevée fin 2015.

L'Armée rouge occupe Bratislava très rapidement. Les Allemands ne parviennent pas à s'échapper, des milliers d'entre eux sont prisonniers des soviétiques. D'autres quittent la ville si rapidement qu'ils ne parviennent pas à détruire totalement les sources d'alimentation en eau et en énergie.

Deux jours après la libération, le 6 avril 1945, les habitants de Bratislava ont à nouveau de l'eau, de l'électricité et du gaz. Deux semaines encore après la prise de la ville, les habitants retrouvent des militaires allemands dans les caves.

À quel coût humain la libération de la capitale slovaque s'est élevée ?

Lors de la bataille de Bratislava, 120 civils, environ 500 Allemands, et plus de 700 soldats soviétiques y ont trouvé la mort.

rsi

Zuzana Borovská Foto: TASR