EURO 2020
EURO 2020

Réponses aux questions de nos auditeurs

Réponses aux questions de nos auditeurs
REPONSES AUX QUESTIONS DE NOS AUDITEURS

Jacques Augustin

La question s'attache aux communautés slovaques vivant à l'étranger. Jacques demande : existe-t-il une forte communauté au Canada et aux Etats -Unis?

Assurément. Rappelez vous les importants courants migratoires qui se produisirent fin 19ème et premières décennies du 20ème siècle vers les Etats Unis et le Canada, en particulier pour des raisons économiques engendrant la misère de la population. C'était par centaines de milliers alors. Il y en eu d'autres plus marquées par des motivations politiques entre 1945 et 1948 et après 1968. Egalement au tournant des événements de 1989 lors de la chute du rideau de fer. Depuis, la tendance existe toujours de partir rechercher ailleurs des conditions de vie meilleure de manière générale.

Mouvement peut-être accru par la quasi impossibilité de s'expatrier librement, sans risques de peine, voire mort durant plus de 40 ans avec en plus l'impossibilité de rentrer au pays parce que la plupart de ces émigrés ont été jugés et condamnés pour trahison. En plus, la famille restée en Tchécoslovaquie a en général été marquée par cette émigration de manière plutôt négative.

Actuellement, il y a des communautés slovaques assez importantes vivant aussi en Grande Bretagne, Australie, dans plusieurs pays de l'Europe y compris la France. Mais cette fois, c'est en toute liberté que l'on peut partir et revenir.

Nous rappelons aussi l'existence des minorités slovaques vivant dans les pays qui auparavant faisaient partie de l'Empire austro-hongrois. Elles sont plus ou moins importantes, selon l'attitude à leur égard de l'Etat dans lequel elles vivent.

Existe-t-il en Slovaquie des familles nobles?

Non Jacques, pour la seule raison que cette catégorie n'y a jamais vraiment existée. La noblesse qui se trouvait sur le territoire slovaque actuel était principalement hongroise et moindrement autrichienne. Il n'y avait que très peu de familles slovaques de la petite noblesse. Mais certains noms de familles peuvent montrer que leurs porteurs auraient leurs racines dans la noblesse.

Existe t-il des centrales nucléaires en Slovaquie et quelle part a encore le charbon?

Oui Jacques, la Slovaquie dispose de centrales nucléaires sur 2 sites. La plus ancienne est située à Jaslovské Bohunice, à une quinzaine de km au nord de Trnava, dont deux des 4 blocs sont en cours de démantelement. La seconde plus importante et plus récente, dont la construction s'est engagée dans les années 80 du siècle dernier, est située à Mochovce, non loin de Nitra.

La construction de cette centrale nucléaire a connu bien des aléas et changements d'actionnaires principaux et est dans la phase finale de sa construction. Selon les statistiques, la part du nucléaire dans la production électrique est la seconde derrière la France et représente plus de 60 %.

Quant au charbon il disparait progressivement de la production électrique. Il n'y a plus que 2 centrales et les derniers chiffres connus affectent au charbon une part de 7,4% de celle-ci, en même temps que l'exploitation des mines de charbon cesse et a été maintenue jusqu'alors pour des raisons politiques afférentes à l'emploi, ne dégageant aucune rentabilité.

Les slovaques en temps ordinaires fréquentent-ils souvent les restaurants? Quels desserts déguste-t-on après le repas?

Oui, dans l'ensemble en sont-ils amateurs et s'y rendent le plus souvent en famille mais pendant la semaine, avec les collègues. Ceci en temps normal, bien sûr, quand tout est ouvert. Quant au dessert, l'habitude d'en prendre est moins générale qu'elle ne l'est en France par exemple. Celui-ci est le plus souvent reporté plus tard dans l'après midi dans ce type de repas. Néanmoins peut-on dire qu'une des prédilections des slovaques lors d'une prise de repas au restaurant va vers la dégustation de palacinky, c'est-à-dire des crêpes sucrées servies par deux en général, fourrées au chocolat, à la confiture, ou encore de la glace. Pour compléter l'information sachez que la coutume de l'apéritif systématique avant le repas n'est guère en usage courant et lorsque l'occasion s'en présente, elle se traduit par boire un petit verre de slivovica ou autre alcool avalé d'un trait. Mais ici aussi, les coutumes évoluent doucement quant au choix de boissons

Dans le cadre du plan de relance européen, quelle somme va recevoir la Slovaquie et sous quelles conditions ?

Le plan déposé devant la commission européenne voici quelques semaines, correspond à l'octroi de 6, 575 milliards d'euros. Il est subordonné à l'approbation de celui-ci et le respect des affectations imposées par l'UE. Les moyens selon octroyés pour les réformes visant l'amélioration de la qualité de vie en Slovaquie, la lutte contre le changement climatique et amélioration de l'administration publique. Ainsi devraient être alloués 892 millions d'euros pour l'éducation, 739 millions pour recherche et innovation, 2milliards 301 pour l'économie verte, 1,533 milliards pour le domaine de santé publique et 1, 11 milliards pour la modernisation de l'administration publique et la numérisation. Il est prévu également la réforme des retraites et à long terme le trafic ferroviaire.

Le monde agricole et rural slovaque est-il discret face à la politique des gouvernements ou lui arrive t-il de manifester?

Non, il ne reste pas discret, il lui arrive de manifester, mais ces mouvements sont bien plus rares qu'en France par exemple et d'une moindre ampleur. Il est arrivé par exemple que les agriculteurs se sont déplacés vers la capitale avec leurs engins pour bloquer les routes ou pour déverser du fumier devant le bâtiment du Ministère de l'agriculture. Ils ont aussi créé un parti politique qui s'est présenté aux élections 2020 sous la dénomination de « Nous en avons marre »

Les fermiers ne sont pas contents de la manière dont l'agriculture est gérée de la part du ministre qu'ils accusent de l'absence de toute activité et lui ont rappelé qu'il n'était plus un homme politique d'opposition mais celui qui est responsable du secteur. Leurs slogan a été : « La campagne a besoin de l'action et non pas de contes pour enfants ». Il s'agit surtout de l'autosuffisance de notre pays quant à la production des aliments et à la sécurité alimentaire.

Le ministre a d'ailleurs posé sa démission au 31 mai.

Gilles Gautier

La question concerne les collectes nationales

Après avoir entendu que l'an passé et cette année les collectes nationales auprès du public telle en particulier celles de lutte contre le cancer, avaient grandement souffert de la pandémie, Gilles abordant ce genre de collectes de masse en France les joignant toutes et sous toutes leur forme. Collecte de rue, appels de dons à la télévision de grande ampleur avec le téléthon, le sida, passant par l'alimentaire aux sorties des caisses de grandes surfaces de distribution, notre ami aimerait savoir ce qui s'effectue en ce domaine en Slovaquie.

En faisant la recherche, nous avons trouvé que toutes les collectes publiques en Slovaquie sont gérées par le Ministère de l'Intérieur et elles sont nombreuses. Elles peuvent avoir différentes formes : collecte directe dans les rues, collecte dans les petites caisses stationnaires par exemple dans certaine grandes surfaces, collecte sur un compte en banque, par l'intermédiaire d'un SMS, par les dons annoncés, par la vente des tickets d'entrée aux évènements culturels ou sportifs etc. Oui, cette année, les collectes ont souffert, d'une part par un certains manque de moyens financiers dû à la pandémie, mais tout cela, vous connaissez. Ce qui a le plus souffert sont les collectes dans les rues qui n'ont pas pu être réalisées, toujours à cause de la pandémie. Il s'agit par exemple de la Journée des narcisses, organisée pour la lutte contre le cancer régulièrement au mois d'avril, quand les jonquilles sont en fleur. Elle a été transférée dans le milieu virtuel. D'autres qui sont de l'ampleur nationales sont la Journée du crayon blanc pour venir en aide aux aveugles et malvoyants, le Papillon bleu destiné aux personnes souffrant des maladies neuromusculaires ou encore la Journée des myosotis (« ne m'oublie-pas ») organisée par la Ligues pour la santé mentale. Et des centaines d'autres… Quant aux collectes dans les magasins, où l'on peut déposer des aliments et autres produits vendus dans le magasin pour ensuite les distribuer aux nécessiteux, il n'y a à notre connaissance qu'une seule marque de magasin qui les fasse.

Katarína Vassalová Foto: TASR