Nouvelles mesures sociales adoptées par le gouvernement

Gros plan

Nouvelles mesures sociales adoptées par le gouvernement

13. 02. 2020 15:00

Comme nous vous en avons informé hier, le conseil des ministres qui s'est réuni hier avait à sonordre du jour , selon les accords intervenus entre 2 des 3 partis de la majorité, à savoir SMER SD et SNS, Parti national slovaque, l'examen de propositions des lois concernant le domaine social. Celles présentées par SMER figurent d'ailleurs dans les priorités définies dans sa profession de foi préélectorale 2020. La dotation aux retraités d'une allocation constitue en quelque sorte un 13ème mois de pension que tous les retraités sans exception ni distinction devraient percevoir avant la fin de l'année en cours. Cette allocation s'élèvera à 460 euros, ce qui représente la valeur moyenne mensuelle de la pension de retraite en Slovaquie. Ceux qui ontou auront prisleur retraite prématurément ne percevront que 433,20 euros. Cette mesure devrait concerner 1 million 400 mille personnes et son financement doit être assuré en puisant dans les fonds de réserve de l'assurance retraite et de l'assurance invalidité. Selon l'analyse du coût de cette mesure sur le budget de l'administration publique, elle nécessiterait près de 442 millions d'euros en 2020, 477,2 millions d'euros en 2021, en 2022 la somme s'élèverait à 514,1 millions et enfin en 2023 aller jusqu'à 553,3 millions d'euros.

L'autre priorité préélectorale envisagée par SMER-SD a été l'attribution d'une 13ème allocation familiale pour chaque enfant. Or, la proposition soumise au conseil des ministres a été formulée différemment et le gouvernement l'a approuvé : à partir de janvier 2021, les allocations ouvertes pour chaque enfant doivent augmenter de 100 % , passant d'une somme de 24,95 euros à l'heure actuelle à 50 euros.

Selon le premier ministre Peter Pellegrini, la Slovaquie peut se permettre les dépenses mentionnées qui devraient être financées par de meilleures recettes fiscales et par les économies sur les différents chapitres du budget. En soumettant ces deux propositions de lois, SMER-SD veut anticiper sur la situation qui pourrait se présenter après les élections législatives du 29 février prochain. En cas de victoire des partis de l'actuelle opposition, SMER craint que se produise une situation de chaos, avec une« école maternelle » à la direction de l'Etat incapable de gérer les affaires et adopter des mesures sociales. Le président du parti Robert Fico a même exprimé que « les droit sociaux de la population pourraient être menacés ».

Le chef du parti SNS et président du parlement Andrej Danko a, pour sa part, réussi à imposer au gouvernement la suppression à partir de 2021 des vignettes de péage autoroutier pour les véhicules de moins de 3,5 tonnes. Cela pourrait priver la société gestionnaire de la perception de redevances pour une valeur approchant les 70 millions d'euros qui indubitablement manqueraient au budget d'entretien et de maintenance générale des autoroutes. Aux dires du chef du Conseil pour la responsabilité budgétaire Ivan Šramko, les mesures proposées vont creuser le déficit budgétaire de l'administration publique de 0,5 % du PIB et il pourrait, en 2021, frôler les 3%. Il y a quelques mois, le gouvernement parlait encore d'un budget équilibré. Le troisième parti de la coalition, Most-Hid et les partis de l'opposition ont à l'unisson dénoncé cette façon d'endetter l'Etat et les générations futures et assimilent ces mesures à une forme de corruption préélectorale. Afin d'être validées, ces textes doivent être encore débattus au parlement pour adoption éventuelle lors d'une session extraordinaire convoqué par son président pour le 18 février.

Katarína Vassalová Foto: TASR

Ecouter en direct / Živé vysielanie
??:??