Emploi : la crise du coronavirus a frappé surtout les hommes

Emploi : la crise du coronavirus a frappé surtout les hommes

La pandémie du nouveau coronavirus a eu des répercussions entre autres sur le marché du travail en Slovaquie. L'impossibilité de travailler à domicile a entrainé soit un risque de contamination, soit une perte d'emploi. Les salariés les plus menacés appartenaient aux couches sociales plus précarisées et du point de vue du sexe, ce sont les hommes qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. Ces informations ressortent de l'analyse effectuée par l'Institut de la politique financière auprès du Ministère slovaque des finances publiques.

La fermeture des écoles, l'enseignement à domicile, un grand nombre de femmes travaillant dans le domaine de la santé ainsi que la possibilité de prendre un congé parental pour s'occuper d'un enfant âgé de moins de 15 ans ont contribué au fait que les femmes ont moins souvent perdu leur emploi que les hommes au cours de la crise du coronavirus.

Selon les analystes de l'Institut de la politique financière, les femmes prédominent dans le domaine de l'enseignement et celles-ci ont pu en majeure partie travailler à domicile.

L'analyse a dévoilé également que le marché du travail en Slovaquie évoluait d'une manière similaire que dans d'autres pays. Selon les experts, la crise causée par le nouveau coronavirus dans le domaine de l'emploi a eu des répercussions négatives dans presque tous les pays membres de l'Union européenne (UE). En Slovaquie, tout comme en Espagne, en Corée et Autriche, le plus grand accroissement du chômage a été enregistré dans le domaine des services, des transports et de l'immobilier. « Dans ces pays, ce sont avant tout des salariés ayant une faible qualification et ceux travaillant à titre temporaire qui ont perdu leur emploi », ont précisé dans leur rapport les analystes de l'Institut de la politique financière.

Kristína Hanáková Foto: TASR