Boris a Brambor
Boris a Brambor

A l'ONU, la présidente Čaputová demande un vaccin accessible à tous

A l'ONU, la présidente Čaputová demande un vaccin accessible à tous

La Présidente de la République slovaque Zuzana Čaputová a appelé les pays du monde à une solidarité mutuelle dans le développement et la fabrication d'un vaccin contre le COVID-19 mercredi dans son discours lors du débat général de la 75ème session de l'Assemblée générale de l'ONU. La présidente Čaputová a appelé à l'échange d'informations entre les scientifiques, les fabricants de vaccins et les gouvernements.

« Nous ne devons pas permettre que le développement et la production de vaccins et d'équipements de protection fassent l'objet d'une nouvelle concurrence mondiale », a déclaré madame Čaputová. Selon elle, les dirigeants mondiaux ont la responsabilité d'établir les mêmes conditions dans les relations entre les nations, également en ce qui concerne la pandémie actuelle de COVID-19.

« Nous devons fournir le vaccin à chaque habitant de notre planète, qu'il puisse ou non se permettre de le payer », a-t-elle déclaré, ajoutant que fournir ces produits vitaux ne devrait pas être une question de profit, mais d'humanité. Zuzana Čaputová a souligné que si le monde voulait éviter une crise, la gouvernance responsable était fondamentale, et qu'il fallait tenir compte de l'intérêt mondial commun. Il s'agit de préserver ce qui est le meilleur des organisations internationales et des régimes de coopération, qui sont souvent les moteurs de solutions efficaces.

La chef de l'Etat a souligné qu'il était de la responsabilité des gouvernements et des dirigeants politiques de prendre des décisions fondées sur des faits et des connaissances, et non sur des calculs politiques. L'incompétence, la désinformation et le populisme ont des conséquences fatales.

Madame Čaputová a rappelé que les médias libres et indépendants, des experts ou scientifiques renommés, avaient un rôle important à jouer dans la défense des principes dans la société. Sinon, la société pourrait être menacée par la désinformation et devenir vulnérable, a-t-elle averti.

Elle a également souligné qu'aucune crise ne pouvait être une excuse pour supprimer les droits de l'homme et les libertés, évoquant, par exemple, les violences qui ont éclaté en Biélorussie après l'élection présidentielle d'août ou l'empoisonnement de l'opposant au Kremlin Alexei Navalny. « La propagation de la maladie de l'autoritarisme est une menace pour nous tous , a-t-elle averti. Nous devons nous assurer que toutes les restrictions soient proportionnées, temporaires et légalement justifiées. »

Zuzana Caputova a apprécié que pendant la pandémie de coronavirus, il se soit avéré que certains changements pouvaient être réalisés rapidement et que le monde devrait donc tirer les leçons de cette situation et se rassembler lors d'autres menaces mondiales. En particulier, elle a attiré l'attention sur le problème du changement climatique, qui nécessite une coopération mondiale.

Tatiana Minarovičová Foto: TASR