Boris a Brambor
Boris a Brambor

Belle image de France et mauvaise de Slovaquie

Belle image de France et mauvaise de Slovaquie

Ces jours derniers, la renommée maison d'édition Slovart publie le livre d'une Slovaque vivant en France Mária Danthine Dopjerová Francúzko krížom-krážom (La France dans tous les sens). Nous avons pu avoir Mária au télephone.

Maria Danthine Dopjerova

Ajoutons que dans son nouveau livre Mária Danthine Dopjerová

se consacre plus particulièrement aux objets et faits qui symbolisent les diverses régions de France.

Le Bal des porcs (Sviňa)est le second livre du journaliste écrivain slovaque Arpád Soltész publié par la maison d'édition bordelaise Agullo. L'auteur livre un roman inspiré par le journaliste d'investigation assassiné Ján Kuciak dont l' assassinat, en février 2018, a fait tomber le gouvernement.

Citons Addict-Culture : « Déjà avec Il était une fois dans l'Est, Arpad Soltész avait choqué, bouleversé et passionné les lecteurs.

Ce Bal des porcs reprend les mêmes recettes : violence, viols, drogue, mafia, argent sale, politiciens et juges véreux et corrompus, journalistes à la solde du pouvoir avec au milieu de tout cela, quelques journalistes intègres qui, forcément, ont une fin brutale en des fosses creusées dans le sol,sous les balles d'armes munies de silencieux, meurtres, jeunes filles placées arbitrairement en institution et devenant de la chair à prostitution pour les tout-puissants. »

Dans l'article du 2 octobre on peut lire dans Le Monde : « A lui seul, Soltesz comble un angle mort dans la représentation romanesque, quoique solidement étayée, du crime organisé : son infiltration et son emprise en Europe centrale. Car, semblablement à la ruée vers l'or, l'hypercapitalisme, survenu après la chute du Mur, a produit dans la région hors la loi et potentats locaux, shérifs véreux et milices paramilitaires. »

Arpád Soltész est devenu écrivain pour dire dans ses livres ce qu'il ne peut exprimer dans ses articles journalistiques.

Le Monde, Addict-Culture, RSI

Zuzana Borovská Foto: www.slovart.sk