La volonté de se faire vacciner contre la covid-19 a doublé

La volonté de se faire vacciner contre la covid-19 a doublé

Dans quelques mois, 7 citoyens slovaques sur 10 pourraient être vaccinés contre la covid-19. Plus de 61% de la population slovaque envisage de se faire vacciner. Il s'agit du double par rapport au mois d'août dernier, où seulement plus de 36% des personnes interrogées avaient manifesté leur intérêt pour la vaccination. Ces informations ressortent du sondage d'opinion publique Globsec Vaccination Trends, réalisé en mars dernier par l'organisation Globsec.

« Le potentiel de la vaccination en Slovaquie se classe parmi les plus élevés dans la région. La volonté de se faire vacciner s'est élevée sûrement grâce à la campagne intensive ainsi que grâce aux scientifiques faisant autorité s'exprimant très souvent à propos de la vaccination », a constaté l'une des auteures du sondage et analyste Dominika Hajdu. Par contre, plus de 30% des citoyens slovaques interrogés n'envisagent pas de se faire vacciner.

Les vaccins sollicités sont ceux approuvés par l'Agence européenne des médicaments (AEM) ou bien dont l'origine provient de l'Ouest. 25% des citoyens slovaques souhaitant de se faire vacciner ont choisi le vaccin russe Spoutnik V, ce qui représente 15% de la population. Katarína Klingová, autre auteure du sondage, a précisé pour sa part que plus de 69% des Slovaques interrogés préfèrent des vaccins de l'ouest ou ceux adoptés par l'AEM. Malgré cela, l'intérêt du vaccin russe non enregistré en Slovaquie est le plus élevé par rapport à tous les pays observés. Selon les auteurs du sondage, le débat agité autour de ce vaccin expliquerait la volonté élevée de se faire vacciner par le Spoutnik V en Slovaquie.

A noter que ce sondage a montré que les citoyens slovaques ayant effectué des études supérieures manifestaient une volonté plus élevée de 12% de se faire vacciner que ceux n'ayant qu'une formation fondamentale.

Ajoutons pour conclure que le sondage d'opinion publique a été effectué en mars dernier au sein de 10 pays de l'Europe centrale et orientale sur mille personnes dans chacun d'entre eux.

Kristína Hanáková Foto: TASR