EURO 2020
EURO 2020

36 % des Slovaques a l’expérience avec le bénévolat, cela ne suffit pas

36 % des Slovaques a l’expérience avec le bénévolat, cela ne suffit pas

L'intérêt à la protection de la nature s'accroit en Slovaquie, ainsi que celui de s'engager dans le bénévolat dans le domaine de l'environnement. Les administrateurs de territoires protégés, les administrations locales, ainsi que les spécialistes s'activant dans le domaine de l'environnement s'en félicitent.

Récemment, le Centre du bénévolat de Bratislava a organisé une opération Journées vertes. Des dizaines de bénévoles de la capitale slovaque ont répondu à l'appel pour sauvegarder la nature.

Par exemple, la zone naturelle protégée de Devin est connue par la présence de plantes protégées endémiques qui n'existent donc pas sur d'autres territoires. Dans un proche avenir ces plantes seront en pleine floraison, et cela grâce à l'intervention de ces bénévoles qui ont éclairci de leurs mains, faux, faucilles et serpes les terrains embroussaillés s'opposant à la pousse de ces plantes entre autres. Samo Porupčan, bénévole engagé en ce domaine explique : « Je me rends compte que notre planète est un tout irremplaçable. J'aime la nature, et j'ai une relation avec elle. Elle constitue en même temps un espace de relaxation. »

Selon les dernières enquêtes menées sur le bénévolat, 36 % de la population, donc un tiers des Slovaques a fait au moins une expérience en celui-ci. Et pour la moitié d'entre eux tout particulièrement dans l'action environnementale. Depuis les plus simples menus travaux, permettant de s'y engager en familles avec les enfants, comme par exemple ramasser les bouteilles plastiques et autres déchets, témoignant du passage d'une présence humaine pour le moins négligente, dans la forêt, au bord des cours d'eau et lacs et autres endroits de passages plus ou moins fréquents, jusqu'a des activités suivies dans les parcs nationaux. Zuzana Vinkleová du Centre national du bénévolat s'en réjouit : « Les activités dans le domaine de l'environnement sont en général les plus recherchées par les bénévoles. La tendance va en accroissant et s'est manifestée sans faiblir même lors de la pandémie. »

Néanmoins le nombre de bénévoles reste insuffisant. Selon les spécialistes intervenant dans les Services des eaux en Slovaquie la situation est alarmante. Marian Baček appartenant à ceux-ci constate : « Nous tournons en rond. Plusieurs fois dans la semaine nous est demandé de venir nettoyer les eaux stables ou courantes et leurs proche entourage. Le problème des déchets est partout où nous vivons, êtres humains que nous sommes »

Dans l'espace du cadastre de Bratislava se trouvent plusieurs territoires protégés. Aux environs du Danube, dans les forêts environnantes... Les bénévoles lancent des appels plus particulièrement aux parents de venir les rejoindre plus ou moins régulièrement effectuer des actions en faveur de la nature pour servir d'exemple à leurs enfants, et ainsi les inciter à s'engager durablement.

tasr

Zuzana Borovská Foto: TASR