Seriál Priznanie
Seriál Priznanie

Milan Kňažko à propos des revendications d’il y a plus de 30 ans

Milan Kňažko à propos des revendications d’il y a plus de 30 ans

La lutte en faveur de vivre dans un environnement sain et sous un régime d’État de droit est en Slovaquie toujours prégnante, bien qu’elles étaient déjà l’objet des revendications présentées par le mouvement Public contre la violence il y a plus de 3 décennies. C’est ce qu’a souligné dans un débat télévisé sur TASR TV   Milan Kňažko, personnalité marquante de la révolution de velours, acteur très apprécié, ancien homme politique et ex ministre.
La revendication pour la création d’un État de droit, ainsi que le droit de vivre dans un environnement sain  faisaient partie des 12 revendications du mouvement Public contre la violence présentées le  25 novembre 1989. « Mais il faut bien constater ce qu’il en est de l’objectif atteint et le chemin suivi pour obtenir cet objectif. Il y a là,  2 phénomènes différents, » a constaté Milan Kňažko.
Peut en témoigner également le travail de l’actuel ministre de l’environnement Ján Budaj, qui, lors de la révolution de velours, a été à ses côtés sur la tribune. Milan Kňažko et Ján Budaj ont pris les risques d’animer les manifestations de protestation juchés sur une estrade place SNP en novembre 1989 à Bratislava. Milan Kňažko a constaté : « Je le ressent comme étant la suite logique d’une certaine révolution. Il est pleinement compétent pour s’exprimer sur ces questions, parce qu’il le faisait déjà lorsque régnait le régime totalitaire. Et cela a demandé un grand courage et une bonne connaissance des choses. Il est grand temps d’intervenir énergiquement, et en même temps incroyable de constater comment nous avons délaissé notre planète et l’environnement du pays où nous vivons. » Selon l’orateur  nous ne devons pas  protéger  l’environnement pour ne pas être sanctionnés  par Bruxelles, mais parce que nous y vivons et qu’y vivront nos enfants. « Nous avons eu de multiples maffias, celles de la chasse, des forêts et tant d’autres et cela non seulement pendant le gouvernement de 12 années durant dirigé par le parti Smer, il y en avait aussi avant, et beaucoup. Ces hommes politiques se défendent aujourd’hui d’avoir agi en faveur des citoyens. Et si aujourd’hui quelqu’un veut réparer l’état des choses, cela engendre une menace sur l’emploi, avancent-ils,  » a déclaré Milan Kňažko à propos de la réforme des parcs nationaux menée par Ján Budaj. Abordant l’État de droit, il a dit, entre autres : « En effet, la police a été privatisée l’Office supérieur de contrôle également, les tribunaux non pas été réformés mais déformés et privatisés. Sans parler du parquet. »                                                   
Néanmoins, Milan Kňažko s’est déclaré convaincu, que l’actuel gouvernement est en capacité d’aboutir positivement quant à la réussite de ces 2 questions. « Le fait qu’ils se disputent est déplaisant. Mais les citoyens ont voté pour eux. Ils les ont voulus. Et le plus important aujourd’hui est  qu’ils oeuvrent à remettre en ordre et en état  la justice. Si cela ne se fait pas, l’État ne sera pas, » a conclu le principal artisan  slovaque de la révolution de velours.

[tasr]

Zuzana Borovská; Foto: TASR

Živé vysielanie ??:??

Práve vysielame